« Le développement local doit devenir l’un des piliers refondateurs des universités »

L’Afev est le premier réseau d’étudiants solidaires dans les quartiers populaires. Elle promeut la responsabilité sociale et sociétale des universités depuis 2006.
Aujourd’hui, l’association publie un manifeste appelant à un renforcement du lien entre universités et territoires avec le soutien de nombreuses personnalités de l’enseignement supérieur et des collectivités, mais aussi à faire du développement local l’une des missions du service public de l’enseignement supérieur.

« En effet, dans la société de la connaissance, la capacité à être en prise avec les mutations, à créer de l’innovation, à diffuser les savoirs sont des enjeux majeurs. Les universités ont un rôle de premier plan à jouer pour la relance de la démocratisation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Mais elles ne pourront le faire sans une collaboration plus importante avec les acteurs des territoires ».

Un discours largement relayé lors du colloque de l’AVUF qui s’est tenu les 22 et 23 novembre 2012 à Lille, et qui avait pour thème : « Rôle et ambition des villes dans le paysage de l’enseignement supérieur français ». Il faut dire que les villes sont désormais bien « conscientes de l’impact positif des étudiants sur la vie économique, sociale et culturelle de leur territoire et veulent pouvoir en profiter ». Reste que « les moyens humains et financiers déployés ne sont pas proportionnels, ni à la taille de la collectivité, ni au nombre d’étudiants concernés ».

Voir l‘étude AVUF politiques de vie étudiante dans les villes 2012