Retour sur les grands temps forts des journées européennes du patrimoine à Lille 3

Un concert de gongs, une rencontre avec Wolfgang von Kempelen, une découverte des sonorités de la Préhistoire, une exploration des coulisses de la Bibliothèque universitaire centrale : voici quelques-uns des temps forts qu’ont pu partager les quelque 1000 visiteurs ayant pris part cette année aux Journées européennes du patrimoine à Lille 3, placées sous le signe des patrimoines cachés, des sonorités et de la voix.

Gongs © Laurence Demay / Université Lille 3

 

L’objectif, avec une telle programmation, était clair : faire découvrir ou redécouvrir l’université sous un autre jour, en proposant des manifestations aussi diversifiées qu’accessibles, aux petits comme aux grands. Et au-delà de leur caractère patrimonial, toutes avaient la particularité de reposer sur des projets scientifiques, des savoir-faire ou des partenariats de Lille 3. Pari réussi : le samedi 15 septembre, plus de 500 curieux –parents, enfants, universitaires, professionnels de la culture et du patrimoine, élus locaux ou simples badauds– ont investi le Forum tout au long de la journée. Ateliers, visites guidées et autres spectacles ont fait le plein de réservations.

La Machine parlante de von Kempelen © Muriel de Poorter / Université Lille 3 – CFMI.

Autre défi de cette édition 2012 : prolonger l’événement des Journées européennes du patrimoine au-delà du week-end. Les expositions, conférences et séances de spectacles se sont donc poursuivies jusqu’au 5 octobre, date à laquelle bambins, scolaires, collègues et étudiants sont venus assister à la dernière représentation de la « Machine parlante de von Kempelen »

Pour sa 2e participation aux manifestations nationales, Lille 3 a ainsi vu passer des personnalités en tout genre : Klaus Blasquiz, ancien chanteur du groupe « Magma » ; Anne-Marie Bertrand, directrice de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) ; Tinaig Clodoré-Tissot, spécialiste en archéologie musicale ; David Lucas, photographe bruxellois ; Xavier Pelorson et Christophe d’Alessandro, directeurs de recherche au CNRS ; Philippe Asselin, fondateur d’un laboratoire artistique et intellectuel ; Elsa Kammerer et Anne-Pascale Pouey-Mounou, enseignantes et chercheures en Littérature française à Lille 3 ; les membres de l’Équipe Dispositifs, Expérimentations et Situations en Art Contemporain de Lille 3, ou encore Denis Bruneel, chanteur, musicien, comédien et dumiste, formé au CFMI de Lille 3.

Gongs © Laurence Demay / Université Lille 3

Parmi les partenariats à noter : la bibliothèque Marceline Desbordes-Valmore de Douai pour l’exposition : Le silence raconté : du monastère à la bibliothèque ; l’Espace Pasolini-Théâtre International, pour le concert sur le forum ; le Lycée technique Louis Loucheur pour l’exposition : Flux, un autre regard sur l’architecture de Lille 3 et la ville de Villeneuve d’Ascq, bien sûr, pour l’inauguration des festivités.

Au total, près de 70 personnes (personnels administratifs et techniques, enseignants-chercheurs, doctorants ou partenaires) se sont impliquées dans la préparation de ces manifestations : programmation, création des décors, installation des expositions, préparation des visites guidées, des conférences et des démonstrations, régie, inscriptions… chacun, en bref, apportant sa pierre à l’édifice.

Atelier « Découverte des sonorités de la Préhistoire © Constance Bienaimé / Université Lille 3

Morale de l’histoire ? En tirant profit de leur différence, les universités, aussi, ont leur rôle à jouer dans ces journées européennes du patrimoine. Louis Vogel, président de la Conférence des Présidents d’Université, et Emmanuel Ethis, président de l’Université d’Avignon et de la commission « culture et université », l’avaient d’ailleurs bien compris en invitant cette année les universités françaises à ouvrir leurs portes et leurs collections au public…

Bon vent, donc, à l’édition 2012, et au travail pour l’édition 2013 !

Revivre la journée du 15 septembre en 1 min 50 en vidéo :