Lundi 18 mars à 13h, au Café Ulysse, se déroulera le vernissage d’une exposition photographique sur le thème des Arts de la Rue. Organisée par trois étudiants de Lille 3 en préambule du Festival Interuniversitaire du Spectacle Vivant, cette galerie mettra en lumière une discipline méconnue du grand public.

[pullquote align= »left »] »Exposer au cœur du Campus, c’est s’adresser à un public réceptif »[/pullquote]

Pendant deux semaines, le Café Ulysse (salle A2. 424), repère de l’Association du même nom et lieu incontournable d’échanges culturels entre étudiants de tous horizons, abritera une trentaine de clichés. Photographes amateurs, les artistes ne recherchent pas la gloire : “Nous aspirons avant tout à prendre part à la vie artistique de l’Université », explique Matthias, l’un des co-organisateurs. « L’ensemble des salariés et étudiants de Lille 3 entretiennent des relations fortes avec la culture sous toutes ses formes. Exposer au cœur du Campus, c’est s’adresser à un public réceptif.” Une audience avertie, à même de s’enthousiasmer pour des artistes de rue dont le manque de notoriété n’entame aucunement la passion.

Tumble Circus - Matthias Lavigne

Artistes accessibles et émotions universelles

[pullquote align= »right »] »Chaque rendez-vous donne lieu à des tranches de vie où harmonie et magie se mêlent »[/pullquote]

Sous le terme “Arts de la rue” se cachent en effet des formes de représentations ou des spectacles se déroulant en-dehors des lieux traditionnels (musées, théâtres…). Soumis aux libertés et aux contraintes du territoire urbain, les Arts de la Rue offrent un terrain d’expression atypique et privilégié aux artistes. Mimes ou chanteurs, fixes ou déambulatoires, seuls ou regroupés au sein de compagnies, tous partent à la rencontre du public pour exercer leurs talents.
Chaque rendez-vous donne lieu à des tranches de vie où harmonie et magie se mêlent, immortalisées par les deux co-organisateurs. La mise en scène de ces instantanés véhicule cette atmosphère unique.

Prélude à un projet de festival que Matthias nourrit secrètement, l’exposition prendra fin le 29 mars. Éphémère… comme la discipline qu’elle met en lumière.

Suivre l’évènement sur Facebook

Texte : Vivien Lemaire. Photographie en Une : Maxence Torillioux. Photographie de l’article : Matthias Lavigne