L’équipe d’Inforum a rencontré Alain Preux, vice-président délégué à la coordination du numérique de Lille 3. Il nous présente les innovations numériques à venir dès la rentrée 2013 pour les étudiants, enseignants et personnels de l’université

À quoi peuvent s’attendre les étudiants (et futurs étudiants) à la rentrée 2013/2014, en terme d’innovation numérique à Lille 3 ?

Aperçu du nouvel ENT, en cours de finalisation

Alain Preux : 3 nouveautés majeures nous attendent pour la rentrée. Tout d’abord, l’ENT a été revisité, plus moderne, plus fonctionnel, nous avons profité d’une mise à jour « technique » et invisible pour repenser aussi l’ergonomie. Il a par exemple été conçu pour être accessible sur des smartphones ou des tablettes. Il continuera d’évoluer tout au long de cette année pour apporter encore plus de convivialité.
Ensuite, pour ceux qui lisent leurs mails à travers le Webmail de l’université, un nouvel outil plus convivial lui aussi remplace l’ancienne application. Il s’agit de SOGo, un produit déjà utilisé par de nombreuses autres universités. Sa fonction « multicomptes » permettra entre autres de consulter son adresse personnelle en même temps que son adresse institutionnelle. Une facilité et un gain de temps appréciables…
Par ailleurs, SOGo est aussi un agenda en ligne partageable. S’abonner aux calendriers des manifestations culturelles ou des dates de rendu des travaux sur Moodle va être un jeu d’enfant. Le tout  synchronisable avec l’agenda de son smartphone. Plus aucune excuse pour rendre ses devoirs en retard ;-)…

Aperçu du nouveau webmail de Lille 3. Sogo

Une « DropBox » pour l’université

Enfin, et c’est peut-être le meilleur : Owncloud ! Un espace de stockage en ligne géré sur les serveurs de l’université qui permettra d’accéder à ses documents depuis n’importe où. Fini les clés USB égarées ou passées à la machine à laver, mes documents sont accessibles et partageables depuis n’importe quelle connexion internet. Une véritable « DropBox » pour l’université.

Bref des outils numériques à la hauteur des missions de l’université.

D’autres projets et innovations suivront ?

Alain Preux : Cette rentrée numérique s’inscrit en effet dans le cadre d’une réflexion générale de modernisation des outils et de développement de la culture numérique. Un de nos objectifs est de fournir toutes les facilités aux étudiants pour favoriser leur réussite. Mais qu’on ne se trompe pas, les outils ne sont rien pour eux-même, ils sont juste là pour aider à s’organiser, et à travailler de manière efficace. De bons étudiants ont besoin de bons outils !

N’êtes vous pas inquiet que les étudiants soient un peu perdus avec ces nouveaux outils ?

Non, ce ne sont finalement que des outils très intuitifs. les étudiants ne sont pas perdus sur Facebook, ils sauront très vite voir l’intérêt de ces outils aussi. Et puis, il y a le stage ENT que nous avons renforcé cette année, il permettra aux plus réticents de les découvrir et de se familiariser. Également, des documentations en ligne sont  actuellement en développement et seront accessibles pour faciliter la prise en main (NLDR : sur le site Lille 3 Numérique). Enfin les tuteurs dans les salles informatiques pourront aider tous ceux qui le désirent.

Beaucoup d’étudiants souhaiteraient avoir leur emploi du temps de cours en ligne…

Cette question est centrale, et la demande parfaitement légitime. L’accès à cette fonctionnalité qui peut paraître basique, nécessite de grosses modifications de notre système d’information qui ne peuvent s’effectuer rapidement. Les conséquences majeures sur d’autres applications devant être prises en compte. J’ai placé cette demande comme prioritaire depuis déjà plusieurs mois. L’objectif devrait être atteint à la rentrée 2014, encore un peu de patience donc.

 À titre personnel, comment avez-vous vécu cette première année de chargé de mission numérique, puis de vice-président ?

Alain Preux, vice-président délégué à la coordination du numérique de Lille 3

Épuisante ! j’ai considérablement sous-estimé l’ampleur de la tâche. Le numérique touche quasiment tous les services de l’université et rend chaque décision lourde de conséquences pour beaucoup de personnes. Mais le travail est passionnant, j’ai rencontré beaucoup de gens formidables que je ne connaissais pas. Je crois que c’est une tâche sans fin, qui évolue tout le temps, mais j’ai néanmoins le sentiment de faire un peu avancer les choses…