Pour ses journées du patrimoine, Lille 3 a engagé quatre étudiants pour encadrer la manifestation : quelques jours avant l’événement, rencontre avec eux pour les interroger sur leurs motivations.

On ne présente plus les journées européennes du patrimoine qui chaque année, l’espace d’un week-end de septembre, sont l’occasion de pousser les portes de musées, de découvrir de nouveaux héritages culturels et de suivre des guides passionnés par l’histoire de leur monument. Sur les communications du ministère de la culture, cette année 2013 affiche d’ailleurs 100 ans de protection des monuments historiques et marque aussi la trentième édition des journées du patrimoine ; une vieille affaire donc ? Pas du tout.

Le succès de la manifestation ne se dément pas. L’engouement du grand public pour les portes ouvertes est ainsi révélateur : il y a sinon une fierté, du moins un plaisir de revenir sur une histoire commune. Sans doute parce que le patrimoine est par définition un héritage, jeunes et moins jeunes se retrouvent ensemble autour des monuments, de leurs « vieilles pierres », parfois pas si vieilles, d’ailleurs. La manifestation permet dès lors de revenir sur un patrimoine bien sûr matériel mais aussi intellectuel. Il s’agit d’honorer et de préserver non seulement des œuvres d’arts ou des bâtiments mais aussi une mémoire, des savoir-faire, des personnalités, des idées. Il y a des histoires qu’il serait dommage de perdre nous confirment les visiteurs. Les journées du patrimoine s’inscrivent ainsi comme une fête de la transmission et comme une belle opportunité de faire des rencontres…

Parmi ces rencontres, vous croiserez sans doute la route de quatre étudiants, recrutés pour l’occasion, qui seront chargés d’encadrer les ateliers, d’accueillir, et d’orienter les visiteurs vers les différentes expositions, visites, ateliers et autres activités prévues pour les plus jeunes. Étudiants en licence ou en master : en Infocom, en musicologie, en histoire de l’art, ou en lettres modernes, Nicolas, Léa, Ombeline et moi sommes animés par une même passion pour la culture et le contact. Pour Nicolas, qui souhaite travailler dans l’événementiel et reste néanmoins musicien, l’écoute du public est aussi importante que le contact avec les artistes. Riche de ses expériences dans l’accueil des visiteurs, notamment au théâtre du Manège de Maubeuge, vous ne pouvez assurément pas tomber entre de meilleures mains. Léa qui voudrait plus particulièrement œuvrer dans le patrimoine et la conservation d’œuvre d’art, nous rappelle que le travail du conservateur est non seulement de préserver les œuvres mais aussi de les présenter à un public. Un public qu’il s’agit de sensibiliser et qu’elle est ravie de guider, comme elle a pu le faire lors de nocturnes étudiantes au Palais des Beaux-Arts de Lille : « Ce genre d’expérience est positive des deux côtés. Il est valorisant d’apporter quelque chose aux visiteurs et c’est pour soi-même un enrichissement de se confronter à d’autres points de vue. » Tous sont ainsi d’accord pour qualifier cette expérience de « plus » pour leurs  projets professionnels. Cette expérience pour Ombeline, s’inscrit dans le prolongement de sa formation et lui permet de travailler dans la culture et sur les moyens de la transmettre. Souhaitant de mon côté travailler dans le journalisme culturel, j’apprécie particulièrement cette occasion qui me permet de m’adresser directement aux visiteurs et de partager avec eux mes connaissances.

Une journée n’est finalement pas de trop pour faire connaissance avec Lille 3 et il est heureux que l’université se fasse le relais d’un tel événement en ouvrant ses portes. Comme Léa le souligne d’ailleurs « il n’est pas évident d’intégrer les journées du patrimoine à une université » mais cette manifestation montre bien que « nous n’avons pas affaire qu’à une université, mais aussi à un lieu de vie. » Nicolas approuve et voit dans cette manifestation l’occasion de prouver que l’université est ouverte à tous et qu’elle a son importance dans le patrimoine collectif, dans la ville, et plus globalement bien sûr dans la société.

Vous aurez ainsi toute la journée du samedi 14 septembre pour découvrir le patrimoine de Lille 3 mais aussi rencontrer Léa, Nicolas, Ombeline et moi-même.

Henri Guette,
étudiant en Lettres modernes à Lille 3

 

Pour plus d’informations sur le programme de cette journée : www.univ-lille3.fr/journeesdupatrimoine