19 étudiants et 16 membres du personnel de Lille 3 ont pris part à la fête de la braderie ce samedi 31 août 2013 en participant pour les plus endurants au semi-marathon ou à la course des 10km pour les plus explosifs :-).

Par ce billet, la direction de l’université et le service des sports (le SUAPS) tiennent à les féliciter pour leur participation et d’avoir porté fièrement les couleurs de Lille 3 (ou plutôt la couleur orange flashy), avec une mention spéciale pour Basile Baudain étudiant en master LEA et Denise Hunter étudiante en master sciences du langage, qui ont terminé le semi-marathon respectivement en 01h25min  et en 01h48min. Bravo à eux !

L’équipe d’Inforum a recueilli les impressions de ces étudiants et personnels de Lille 3 sur leur course et performance :

 

Alors, contents de votre course ?

Basile Baudain (master LEA) : Oui très content; je m’attendais à faire entre 1h30 et 1h35 sur le 21 pour finalement terminer en 1’25’26, ce qui me place 267ème. L’effet de foule, la température plutôt basse et le T-shirt lille3 (très léger!) constituaient des conditions idéales pour une bonne performance.

Cynthia Cheroutre (master de psychologie) : Génial, l’ambiance était là comme je l’imaginais. En plus, j’ai couru avec mon père de 62 ans qui n’avait jamais fait la course de la braderie de Lille.

Joseph Suel (master d’histoire) : Pour un premier semi-marathon, et sans réelle expérience auparavant, je suis globalement satisfait de ma course. Je ne visais pas la performance puisque je n’avais jamais parcouru la distance auparavant. Je suis parti sur la base des 2h10 et au 5ème kilomètre de course, comme je me sentais bien j’ai doublé le meneur d’allure. Dans les kilomètres qui suivirent, j’ai navigué entre celui des 2h10 et celui des 2h00. Comme à la sortie de la citadelle j’étais encore en forme, et qu’il n’y avait plus que quelques kilomètres à parcourir, j’ai pu accélérer pour rattraper le meneur d’allure des deux heures et terminer en 1h58. C’est loin d’être extraordinaire sachant que je reste dans la deuxième moitié des participants en terme de classement mais je suis satisfait malgré tout d’être descendu sous la barre des deux heures.
En ce qui concerne l’ambiance, il y avait énormément de monde tant parmi les coureurs que sur le bord de route et c’est plutôt agréable de pouvoir faire le tour de la ville sans la gêne des voitures ou même des bus.

Florian Laga (licence de psychologie) : Oui je suis très content de ma course, le classement n’avait pas réellement d’importance pour moi. Je finis 3537ème. Je m’étais fixé un objectif personnel entre 1h50 et 2h, objectif qui est rempli en terminant en 1h56min58s.
C’était mon premier semi-marathon, c’est une course très dure mentalement même si on sait qu’on a les jambes pour le finir, le soutien du public et des gens qui courent à côté de nous est vraiment formidable. J’ai vraiment un très bon souvenir de ces 21,100km.

Gaétan Tirmont (gestionnaire de parc informatique DSI) : Pas vraiment. Étant placé assez loin dans la file de départ, et comme il y avait beaucoup trop de coureurs, j’ai lutté pour pouvoir doubler, cela m’a fait perdre beaucoup de temps et d’énergie. J’ai fait 47′ au lieu des 45′ prévues.

Frédéric Clément (directeur du SUAPS) : Mon objectif était de courir à 10km/h. Objectif pratiquement atteint avec 1h1mn1sec.

Stéphane Ogez (service courrier) : Oui super content : 51.47. L’ambiance était super et le public nous pousse vraiment à la fin.

Laurent Perlein (technicien pédagogique au SEAD) : Ahhh…la braderie et son semi-marathon, son 10km et son baby-marathon.. C’est l’éternelle rencontre de deux mondes opposés qui cohabitent durant quelques heures. La course à pied, quelle que soit la distance, demande une maîtrise de plusieurs paramètres, comme son allure au km, son hydratation et son besoin énergétique pour finir l’épreuve le mieux possible. À Lille, ces paramètres sont un peu à repenser, car c’est course « à la fumée de barbecue, d’huile de friteuse et d’échappements de motos d’assistance » qui ne peuvent pas doubler rapidement.
Il faut vraiment tout faire pour bien se placer au départ de sa distance sinon c’est du zig zag pendant des km et c’est très fatiguant. Également sur le 20km, prévoir un temps de pause au ravitaillement est conseillé. 30 sec de perdues c’est parfois des minutes de gagnées à l’arrivée et de la fraîcheur sur des longues distances, parole de Centbornard !

Thibault Godillon (moniteur informatique DSI): Pour le coup, mon but était bien de « déglinguer » Gaétan 😉 . C’est chose faite (encore) donc je suis content! Mais même sans ça, je suis satisfait : bonne course, même si de ne pas partir devant rend les choses difficiles (il faut jouer des coudes pendant 3km avant de pouvoir courir sans être au milieu de tout le monde!)
Le public aide, sauf quand on a les odeurs de frites et beignets en plein nez!

Jean-François Delcroix (gestionnaire du laboratoire Cecille) : Nickel. Je ne fais plus de courses sur bitume depuis plusieurs années,  préférant les courses nature et je ne savais pas vraiment ce que ça allait donner. Résultat je fais 1h35’50 » et n’ai pas trop perdu. J’ai de plus couru au même rythme de bout en bout. Bref, je suis content.

Qu’est ce qui vous a manqué pour finir sur le podium ?  😉

Joseph : Un vélo !

Basile : Un père kenyan !

Gaétan : De la bière durant les ravitaillements et pas seulement à la fin.

Frédéric : La jeunesse et un genou!

Thibault : Du pot belge? partir devant? (rho le frimeur!!! :D), être le seul participant?

Jean-François : Pas un peu, beaucoup de créatine !

Vous remettez ça l’année prochaine ? D’autres courses prochainement ?

Cynthia : Dimanche prochain dans les Weppes pour me confronter de nouveau à un 10 km.

Joseph : Je vais essayer de remettre ça l’année prochaine et de viser les 1h50 ou moins si possible avec un entraînement un peu plus sérieux. Si j’ai l’occasion de faire d’autres semi-marathons, je n’hésiterai pas. Et pourquoi pas d’ici un an ou deux si je suis toujours assidu tenter le marathon de la route du Louvre…

Stéphane : Oui je pense refaire la course l’année prochaine. Et d’ailleurs pourquoi pas créer une équipe Lille 3 pour d’autres courses ?

Laurent : Oui pour une équipe encore plus étoffée l’année prochaine ! Venez prendre votre bouffée de kebab pendant vot’jogging du matin ! C’est une expérience qui doit se vivre au moins une fois. Et puis cette course c’est ensuite des tas d’anecdotes à raconter.. 10 km, c’est à la portée de tout le monde et ne demande pas une trop grosse préparation.

Thibault : Carrément ! Ça et d’autres courses que Lille 3 voudrait bien financer !

Jean-François : Si Lille 3 réitère l’opération, pourquoi pas mais comme indiqué plus haut, je privilégie les courses type « trail ». Mes deux prochains objectifs: Trails des îles à Henin Beaumont (on ne croirait pas n’est-ce pas, vu le nom) le 28 septembre – 21 km avec ascension de 8 terrils à la clef. Puis le Trail de la Pévèle  le 11 novembre. 35 km avec plein de gadoue au programme.

 

Et le sport à Lille 3 au fait ?

Basile : Je finis mon M2 cette année et mon plus grand manque  sera certainement le fait de ne plus pouvoir profiter des installations sportives … J’ai fait à Lille 3 du basket, du hand, du badminton et de l’athlétisme. J’en garde un très bon souvenir , comme je garde un bon souvenir des enseignants et notamment Marc Delgrange aujourd’hui à la retraite.

Cynthia : Non, malheureusement, je ne prends pas le temps de faire du sport à la fac…dommage car ça fait vraiment du bien de décompresser entre les cours. Faut que j’y réfléchisse sérieusement !

Joseph : J’avais l’habitude de prendre UE6 badminton pendant ma licence, c’était plutôt sympathique et cette année si mon emploi du temps me le permet je continuerai bien la pratique du sport en « auditeur libre » (si les groupes ne sont pas trop chargés).

Florian : J’ai testé le sport à Lille 3 il y a 2 ans quand j’étais en première année de Psychologie. J’ai d’abord eu de très bonne impression mais j’ai été obligé de m’arrêter à cause d’une bonne entorse à la cheville. Le semi-marathon m’a bien donné envie de repratiquer à l’université.

Gaétan : Venez à la salle de musculation / fitness et boudez le badminton.

Frédéric : C’était cette année une première mais il serait bon de pouvoir continuer cette opération l’année prochaine en essayant d’augmenter le nombre de participants.

Thibault : Salle de sport tous les midis avec Stéphane, Gaétan et tout le monde! L’ambiance déchire et on se motive les uns les autres!

Jean-François : C’est vraiment chouette d’avoir des infrastructures qui permettent de partir courir le midi. Bref, faites du sport !

Toutes les photos sur notre page Google +

 

> Retrouvez toutes les photos des étudiants et personnels à la Braderie sur la page Google + de Lille 3