Ancienne élève de l’École normale supérieure, Barbara Bohac est l’auteur d’une thèse de doctorat sur l’oeuvre de Stéphane Mallarmé. Ses travaux portent plus largement sur les relations entre les arts et sur la poétique du quotidien. Elle est aujourd’hui maître de conférence à l’Université de Lille 3 (UFR Humanités).Le Prix Henri Mondor de l’Académie française 2013 lui a été décerné pour  Jouir partout ainsi qu’il sied, Mallarmé  et L’Esthétique du quotidien, Classiques Garnier, 2012.

Le Prix Henri Mondor

C’est un prix de poésie annuel, créé en 1969, destiné « soit à un poète français de veine mallarméenne, soit à un écrivain français ayant fait des travaux sur Stéphane Mallarmé ».

Jouir partout ainsi qu’il sied, Mallarmé  et L’Esthétique du quotidien

Ce livre invite à dépasser la vision duelle de l’œuvre mallarméen consacrée par la critique : d’un côté la voie de l’absolu, celle des Divagations et des Poésies, et de l’autre, la voie du futile, celle de La Dernière Mode ou des Vers de circonstance. Il montre que, loin de mépriser les arts et les genres liés au quotidien, Mallarmé les remet à l’honneur. Pour le poète, les préoccupations humaines les plus profondes peuvent se trouver inscrites, sous une forme symbolique, dans un simple quatrain ou le décor d’un éventail. Soucieux d’introduire le beau partout, l’écrivain veut fonder, grâce à l’esthétique du quotidien, un culte intime de l’esprit, auquel tous les hommes seraient voués à participer.