Payer plusieurs centaines d’euros pour une liste de logements… déjà loués : la pratique est, hélas, assez répandue et a récemment valu à une société immobilière d’être condamnée pour pratique commerciale trompeuse (voir ici). La Fabrique vient en aide aux victimes de ces arnaques et met en garde contre les « marchands de listes ».

Pour Cindy Pétrieux, présidente de ce « réseau des étudiants entreprenants », ces vendeurs de listes profitent des difficultés d’accès au logement des jeunes pour les duper. Comment s’y prennent-ils ? En se faisant passer pour des agences immobilières. Malgré les annonces affichées en vitrine, elles n’en sont pas. Et quand on croit avoir à faire à un agent immobilier, on sollicite en réalité des commerciaux, qui assurent être des experts en location étudiante.

La pratique de ces vendeurs est d’autant plus nuisible pour qui leur font confiance qu’ils n’ont aucune obligation de résultats. En effet, ils ne servent pas d’intermédiaire entre le futur locataire et le propriétaire. C’est à l’étudiant qui achète cette liste d’entrer lui-même en contact avec le propriétaire… alors même que le logement peut ne plus être disponible !

La Fabrique rappelle également qu’un propriétaire se met dans l’illégalité en faisant payer la visite d’un appartement. Elle met en garde contre le « mandat cash urgent » : le propriétaire, prétextant ne pas habiter la même région, vous invite à verser une somme d’argent et à entrer vos coordonnées bancaires via un lien internet, simplement pour obtenir une garantie.

La Fabrique, en partenariat avec UFC – Que choisir, accompagne les étudiants victimes de ces arnaques. Il est conseillé de chercher un logement via le portail Lokaviz, où les annonces, vérifiées par le CROUS, ne sont accessibles qu’aux étudiants munis de leur INE (Identifiant national étudiant).

*****

(Source : Letudiant.fr)

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0