« Je travaille les mots comme une matière. » Voilà comment Adeline Matte m’introduit son roman. Elle pourrait me parler de son contenu d’abord, de cette chance inouïe d’être publiée. Mais Adeline, c’est une artiste. Pas pour rien qu’elle a fait un master création et étude des arts contemporains au pôle des Arts Plastiques à Tourcoing.

« En 5 ans, j’ai été amenée à travailler toutes sortes de matières et il s’est trouvé que l’écriture convenait le mieux pour ce que je voulais exprimer. »

Elle ne se voit pas romancière, sur le point d’écrire des dizaines de romans. Elle prend cette aventure comme une expérience intéressante en tant qu’artiste.

Son roman, elle le décrit elle-même comme « dense, voire suffocant ». Il s’agit de la quête « sensorielle excentrique » du personnage principal. Lequel se trouve d’ailleurs être l’unique protagoniste. Elle assure ne pas s’identifier à ce personnage, qui est néanmoins confronté aux questionnements qu’elle a connus lors de ses années à la fac. Des questions quant au visible et à l’invisible, la forme et l’informe, et ce, toujours lié à l’art.

« Comment rendre visible, sensible l’invisible (les émotions, le sensoriel…) ? », notamment.

Le rôle de la vie universitaire dans son cheminement…

« Si je n’étais pas venue étudier ici, je n’aurais pas écrit ce roman tel qu’il est. »

La vie étudiante permet d’échanger avec beaucoup de gens, dont les professeurs qui lui ont permis d’avancer dans sa réflexion personnelle et professionnelle  : « L’université est un outil et les professeurs nous donnent les moyens de l’utiliser. »

Le processus d’écriture

Adeline a rédigé son roman en huit mois, tout en exerçant le métier d’art thérapeute. Quand elle écrit, elle se laisse surprendre parfois ou au contraire remanie les mots, sa matière, jusqu’à obtenir l’effet qu’elle cherche : surprenant, étrange et fantaisiste.

La publication

Une fois la rédaction finie, elle envoie deux manuscrits à deux maisons d’édition différentes. Pour attirer l’attention de l’éditeur, elle les illustre avec une de ses peintures, qui attire l’œil. Elle ne reçoit qu’une réponse deux mois plus tard, mais peu importe puisqu’elle est positive ! Les choses sérieuses peuvent commencer…

Aujourd’hui, son roman est disponible et pour l’acheter c’est ici.

Couverture Les Avortons