Sophie Désir et Stéphanie Ponchon, deux traductrices travaillant dans l’audiovisuel − et anciennes étudiantes de Lille 3 − nous racontent leurs parcours et nous parlent de leur métier en pleine mutation.

Sophie Désir termine son DESS (l’équivalent du master MéLexTra) en 1987. Elle arrive au moment où l’on crée de nouvelles chaînes télé. Le marché de l’emploi dans la traduction pour l’audiovisuel est donc en pleine expansion. Elle apporte son CV directement aux chaînes TV et trouve relativement vite du travail… et depuis 25 ans elle ne s’est plus arrêtée !

Pour Stéphanie Ponchon, c’est déjà plus difficile : elle arrive en 2008 dans un secteur bouché. On a beau l’avertir de la difficulté de trouver du travail, elle n’en démord pas : elle veut être traductrice pour l’audiovisuel. Elle « prend le taureau par les cornes » après son master MéLexTra et envoie des CV à plusieurs grandes agences de traduction à Paris. Elle réussit à décrocher un stage dans l’une d’elles en tant qu’assistante de chargé de production.  Aujourd’hui elle a fait son trou (elle a travaillé sur pas mal de Disney et sur des séries comme Modern Family) et est parfois obligée de refuser des propositions.

Le but n’est pas d’apprendre un métier, mais de se faire connaître

D’ailleurs, en sortant d’un master MéLexTra, vous serez déjà  »connus » des agences de traduction comme skilled translator. Un seul conseil : ne vous faites pas exploiter ! Les traducteurs pour l’audiovisuel sont payés à la minute; certaines agences proposent des forfaits à l’épisode, ce qui est illégal. Les débutants sont en général payés entre 21 et 24 euros la minute.

Les Feux de l'Amour, une série que l'on se passerait bien de traduire

Les Feux de l’Amour, un célèbre soap opera

Accepter d’être payé moins, c’est prendre le risque d’être fiché par les agences comme quelqu’un qui accepte d’être sous-payé (et ce genre d’info circule d’une agence à l’autre). Il y a cependant une exception pour le soap opera : un passage quasi-obligatoire pour tous les traducteurs dans l’audiovisuel.

Eh oui, ça ne fait pas forcément rêver, mais tout le monde doit commencer par traduire Les Feux de l’Amour ou Amour, Gloire et Beauté. C’est moins intéressant et moins bien payé (12€ la minute), mais c’est grâce à ce premier pas dans l’univers de la traduction pour l’audiovisuel que les bons traducteurs sont repérés et se voient proposer d’autres projets.

Pour en savoir plus sur le métier de traducteur, consultez notre rubrique focus.