Le parcours d’un ancien étudiant de Lille 3 devenu story-boarder pour le grand éditeur de comics américain Marvel.

« Regardez bien cet homme, il a réussi : il travaille pour les Américains. » déclare l’organisateur du Lille Comics Festival, un léger sourire en coin, en désignant Master. Non, Master (Mast pour les intimes) n’est pas un entrepreneur ayant fait fortune grâce à la vente à Facebook de la dernière application à la mode. Il travaille pour Marvel, mythique éditeur de bande-dessinée (Spider-Man, Iron Man, Captain America, Hulk, etc.). Ce qui, pour un dessinateur de comics, est une sorte de Graal. Alors forcément, quand j’apprends qu’il a étudié à Lille 3, je m’étonne. J’aurai plutôt misé sur une école de dessin, comme les instituts d’art appliqué (LISAA), ce qu’a fait son collègue et ami Geoffo. Comment en arriver là alors qu’on sort d’une licence de cinéma à Lille 3 ?

S’il a toujours été attiré par l’univers de la BD, Mast n’a pas cherché à en faire son métier tout de suite. Après une licence de cinéma, à Lille 3, il part en Angleterre pour améliorer son anglais, sans savoir vraiment ce qu’il voulait faire. A son retour, il travaille un an et demi dans la téléphonie mobile. Pendant ce temps, il continue ce qu’il faisait depuis toujours : dessiner des BD. « J’ai cumulé plus de 2000 pages de BD depuis le lycée avant de me considérer véritablement comme professionnel. » De courtes histoires, qu’il publie sur un forum pendant une dizaine d’années. C’est d’ailleurs sur ce forum qu’il rencontre Geoffo, un autre passionné, qui deviendra son ami puis son collègue. Les deux inconditionnels du Comics commencent alors à travailler sur un projet, le futur Pax Arena. À la sortie d’une conférence sur la BD numérique, ils montrent leur projet au dessinateur Balak (Lastman, les Kassos) . Ce dernier les introduit auprès de Mark Waid, célèbre scénariste américain de comics. « C’est un peu le Spielberg du comics », m’explique Geoffo. Le projet lui plaît, et c’est ainsi que Mast fait ses débuts professionnels dans la BD.

Quel rôle ont joué les années passées à la fac, dans tout ça ? Difficile à dire. En toute logique, Mast considère qu’une école de dessin lui aurait été plus utile. Mais sa licence, même s’il regrette un enseignement trop théorique, lui a permis d’acquérir une solide culture cinématographique. Ce qui n’est sûrement pas inutile quand on est story-boarder numérique. Et sans doute que ces années lui ont apporté la maturité et la volonté nécessaire pour oser se lancer dans la BD.

Mast

Mast

Son travail est de dessiner des story-boards pour un format de bande dessinée numérique, appelé turbomédia. « Mon boulot est de choisir, en partant du scénario, de quoi sera constituée chaque bulle. Le turbomédia  offre plus de possibilités: on peut superposer des cases, créer un effet de surprise. Contrairement à la lecture papier, la lecture numérique ne permet pas de tricher en feuilletant ou en lisant la fin. C’est également un format nouveau : tout reste à faire ! » Qui dit nouveau, dit pas d’enseignement. Mast a tout appris sur le tas. Pour travailler dans ce milieu, il faut, selon lui, « en vouloir et ne pas regarder au nombre d’heures ».

Et aujourd’hui ? Il a monté son entreprise, Ybrik prod., avec Geoffo et travaille sur un « projet secret ». Comme il n’a rien voulu me dire, il ne vous reste plus qu’à attendre patiemment ! En attendant vous pouvez lire Pax Arena, TheWalking Pandas ou autre comics ici : https://www.comixology.fr/Mast/createurs/10724.

Mast a travaillé sur des Comics comme The amazing spider-man, Thanos : A God up there, Pax Arena…

Mast a travaillé sur des comics comme The amazing spider-man, Thanos : A God up there, Pax Arena…