La Renaissance est le thème d’une exposition à la Bibliothèque universitaire, du 15 octobre au 15 décembre, dans le cadre de lille3000.

Lille3000, grande manifestation culturelle de la métropole lilloise, a pour thème cette année la ou les renaissances. Elle en aborde les aspects les plus contemporains, notamment à travers les mutations de plusieurs villes étrangères. Mais c’est à la période historique qu’ont choisi de s’intéresser les commissaires de l’exposition qui se tient du 15 octobre au 15 décembre à la bibliothèque universitaire de l’Université de Lille Sciences humaines et sociales à Villeneuve d’Ascq. Ils ont choisi de présenter une quarantaine de livres, chefs d’œuvre des XVe et XVIe siècles, par lesquels s’incarne particulièrement bien l’idée de Renaissance.

Ces ouvrages précieux, rarement montrés au public évoquent les multiples aspects d’une époque foisonnante. L’un d’eux concerne les voyages. Traditionnellement en effet, la date de la découverte des Amériques marque le début de la Renaissance, même si les pérégrinations de Christophe Colomb ne passionnent pas vraiment ses contemporains, autrement plus préoccupés par le contrôle de la route des épices, en Orient. La Renaissance est aussi marquée par la multiplication des écrits dans des langues autres que le latin, dans une Europe riche d’innombrables dialectes. La publication d’une Bible en allemand, justement, est au cœur de la Réforme religieuse entreprise par Luther. L’une d’elle, pièce exceptionnelle, est exposée. Mais cette révolution ambitieuse entraîne une réaction conséquente des institutions religieuses, en particulier sur le plan intellectuel. C’est la Contre-Réforme qui est précisément au cœur de la création de l’ancêtre de l’Université de Lille, l’université de Douai. L’activité importante des éditeurs-imprimeurs de l’époque, qui inclut d’audacieux typographes, éclaire aussi la pensée des tout premiers universitaires nordistes.

La Renaissance est bien évidemment aussi celle des sciences, des balbutiements de la chimie à la zoologie, en passant par la médecine… montrés à travers divers traités. L’exposition est aussi l’occasion de montrer qu’il n’y pas eu une, mais plusieurs Renaissances au cours de l’histoire de l’Europe, notamment lors de la période carolingienne.

Une application numérique inédite

Toutes ces œuvres sont expliquées, enrichies et éclairées par le travail scientifique des laboratoires, des chercheurs et des bibliothécaires qui ont accepté de participer au projet pendant ces longs mois, en rédigeant les textes d’accompagnement. Cinq ouvrages sont en outre complétés d’une application numérique inédite permettant aux visiteurs de lire des textes expliquant certains détails − dessins, symboles − des ouvrages exposés (voir ci-dessous).

Enfin, un montage photographique d’une artiste contemporaine, Coco Fronsac, fait écho au fameux rhinocéros de Dürer, reproduit dans un des ouvrages exposés. Il est bien là, d’ailleurs, ce rhinocéros qui s’affiche grandeur nature, sur un fond blanc, à l’entrée de l’exposition. Il invite aux photos, aux détournements, à une réappropriation de la culture classique par tous, pour toucher du doigt un peu de l’esprit de cette Renaissance mouvante et multiculturelle que les concepteurs de lille3000 ont voulu insuffler aux villes de la métropole lilloise.

Provenance des ouvrages

Les ouvrages proviennent de deux fonds. L’un est la réserve patrimoniale commune aux trois universités lilloises, qui est conservée au service commun de la documentation de Lille 3 (SCD). Il compte environ 13 000 documents, dont 2000 concernent la Renaissance en France. L’autre appartient à l’État, et est conservé par la bibliothèque municipale de Douai. Les commissaires de l’exposition sont les conservateurs chargés des collections patrimoniales de ces deux institutions : Cécile Martini (SCD) et Jean Vilbas (Douai). C’est le Musée d’Art moderne Lille Métropole (LaM) qui a prêté l’œuvre de Coco Fronsac.

Roots, une application développée spécialement pour l’exposition

L’application, conçue par la société Melting Rocks. Elle est disponible sur Google Play et sur l’App Store.

Le visiteur fait glisser sa tablette ou son téléphone sur la vitrine au-dessus du livre. L'application détecte des dessins ou motifs sur la page, qui déclenchent l'affichage d'un texte explicatif.

Le visiteur fait glisser sa tablette ou son téléphone sur la vitrine au-dessus du livre. L’application détecte des dessins ou motifs sur la page, qui déclenchent l’affichage d’un texte explicatif.

Capture d'écran de l'application

Capture d’écran de l’application, avec un texte explicatif