À la Galerie des 3 lacs, une exposition sur une installation monumentale d’un artiste contemporain allemand.

L’exposition annonce le « Printemps grec », un ensemble de manifestations consacré à la Grèce lancé par l’université. Réfléchissant au projet, le service Action culture se disait qu’il serait intéressant d’avoir le regard d’un artiste contemporain sur la Grèce. Elle a fait le choix d’Ottmar Hörl, sculpteur allemand habitué des installations monumentales, qui était intervenu lors des Jeux olympiques du centenaire, ceux d’Athènes en 2004. Impossible d’intégrer son œuvre d’alors qui recouvrait la pelouse d’un stade, dans l’espace, nettement plus intime, de la Galerie des 3 lacs. L’artiste et Action culture ont donc choisi d’en exposer quelques figurines, ainsi que des photos de l’événement.

Ottmar Hörl aime jouer avec les mots. Il a nommé son installation du nom d’une expression proverbiale allemande, empruntée à une comédie d’un grand poète de l’Antiquité, Aristophane : Eulen nach Athen tragen, littéralement « ramener une chouette à Athènes » une expression qui signifie faire quelque chose de complètement inutile. Car ramener une chouette dans une ville qui en était couverte à l’époque d’Aristophane − elle était placée sous la protection d’Athéna, déesse de la sagesse qui a précisément pour symbole cet oiseau − peut en effet paraître superflu. Et Ottmar Hörl, soucieux d’affirmer un geste gratuit et éminemment symbolique, n’a pas fait les choses à moitié : c’est dix mille chouettes qu’il a donc « ramenées » dans la capitale grecque et soigneusement alignées dans le stade. Il les a regroupées en cinq carrés de couleur qui dessinaient les cinq anneaux des Jeux olympiques. Avec cette oiseau,c’est la sagesse, la compréhension de l’autre et en particulier de l’étranger, qu’il avait souhaité en effet insuffler à tous, à travers cet événement planétaire. Une inspiration qui, bien sûr, devrait trouver toute sa place à l’université.

Athene Noctua − jusqu’au 11 février
Vernissage le 27 janvier à 18h30
Galerie Les 3 Lacs, entre les bâtiments A et B.
À 17h, l’assistante d’Ottmar Hörl, Eva Schickler, présentera le travail de celui-ci en salle A1.152 (salle de séminaire de l’IRHIS).

Programme prévisionnel

Le programme définitif du Printemps grec n’est pas encore totalement arrêté. D’ores et déjà, les dates de plusieurs événements sont néanmoins fixées :

  • les 3 et 5 février à 20h, 50 places pour l’Orestie de Romeo Castellucci (en partenariat avec la Rose des Vents),
  • du 1er mars au 6 avril, exposition « Les terres cuites grecques : pour qui ? pourquoi ? comment ? » (avec le Learning Center, à la BUC.)
  • le 16 mars à 18h30, théâtre « Les écartelés » de Théodoros Patrikareas, mise en scène par Jean-François Pira avec une troupe d’étudiants de l’université et des amateurs, au théâtre des Passerelles (avec Action culture),
  • le 28 avril à 19h. : concert de REBETIKO, « Yialo Yialo » (avec Action culture),
  • Quatre rencontres-conférences pour comprendre la pensée de Cornelius Castoriadis (avec la Bibliothèque de Philosophie) :
    • mardi 15 mars 2016 (17h-19h) Olivier Fressard (remplace Sophie Klimis),
    • jeudi 17 mars (17h-19h) : Nicolas Poirier,
    • mardi 29 mars (17h-19h) : Philippe Caumières,
    • jeudi 31 mars (17h-19h) : Café-philo poursuivant les discussions entamées.

A venir : midi littéraire avec Vassili Alexakis (sous réserve), rencontre avec l’auteur de B.D David Prudhomme pour Rebetiko (chez Futuropolis), une exposition sur les animaux et la Grèce en septembre, et autres choses encore.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0