Un livre fait par des étudiant-e-s, et vendu en librairie ? Ne manquez pas Sherlocked qui sort le 2 mars, réalisé avec passion par les DUT Infocom de Tourcoing !

Créées il y a dix ans, les éditions Méli-Mélo permettent aux étudiants de DUT de l’université spécialisés dans les métiers du livre et la communication de se former aux différents professions de ce secteur. Durant cette formation, qui dure deux ans, les étudiants proposent un projet de livre, et réalisent celui de la promotion précédente. Pour le choisir, un vote a lieu, en général au printemps.

Cette année, le livre élu est Anthologie du mauvais temps, un recueil de poésie illustrée par des peintures sur textile réalisées par leurs camarades de l’École supérieure arts appliqués et textile (Esaat) à Roubaix. Un projet ambitieux qui suscite quand même quelques réserves : la poésie, hélas, fait rarement recette. Les étudiants et leur professeur, Florence Rio, décident donc de mettre en chantier un second projet, afin de ne pas mettre en péril les finances de la maison d’édition associative : penser à la viabilité économique de leurs ouvrages fait évidemment partie de leur formation. Le temps disponible étant plus court, le second livre devra nécessairement être facile et relativement rapide à réaliser.

Le choix des étudiants se porte sur trois nouvelles de Sherlock Holmes, d’Arthur Conan Doyle. Il s’agit d’Un scandale en Bohême où le célèbre détective traque une photo compromettante, d’Une affaire d’identité où il explique la curieuse disparition d’un fiancé, et enfin du Ruban moucheté, mystérieux instrument d’un crime qui risque de se répéter dans un manoir du sud de l’Angleterre. Les textes sont passés dans le domaine public et n’impliquent donc pas de droits d’auteur. En outre, le personnage est connu non seulement par ses livres, mais aussi plus récemment, par une série et un film.

La couverture (première et quatrième de)

La couverture (première et quatrième de)

Une équipe resserrée, Mathilde Marron et Marie Verstrynge, hérite donc du projet conçu par la promotion précédente. Il reste quelques ajustements à effectuer. Avec l’illustratrice choisie pour la couverture, Virginie Thizy, elles affinent l’image. « Il y avait des petits détails à régler, comme un bras qui se perdait un peu dans la veste d’un des personnages. Et nous trouvions qu’il y avait trop de détails dans les visages : nous avons demandé à Virginie qu’elle les dessine de manière un peu plus fantômatique. » explique Mathilde Marron. Cette dernière est chargée de la correction, aidée de son enseignante, appliquant les conventions choisies (des « Melle » plutôt que des « Ms. » et rétablissant la typographie correcte (trait d’union vs. tiret semi-cadratin, etc.) Sa camarade Marie Verstrynge s’occupe elle de la maquette.

Travail sur la maquette

Travail sur la maquette

Reste à choisir le papier avec l’imprimeur, SoBook à Roubaix. Le pelliculage, ce film transparent un temps envisagé pour la couverture du livre, est abandonné. Il avait tendance à se décoller à la manipulation. Quant au choix du papier, les deux étudiantes hésitent : faut-il prendre le papier bon marché, qui fait un peu ancien, ce qui pourrait convenir pour un ouvrage écrit entre la fin du XIXesiècle et le début du XXe ? Ou opter pour une variante plus blanche, qui irait bien avec le noir et blanc du livre ? Nous le saurons le 2 mars, lors de la soirée de lancement de Sherlocked, Nouvelles promesses de mariage qui se tiendra à la librairie Les Quatre Chemins à Lille (rue de Paris). La promotion du livre est en effet la tâche d’une autre équipe (Sélène Chateau, Axelle Coutant, Florine Michalak et Clémentine Maes), qui prépare la soirée de lancement ainsi que d’autres événements : rencontres avec des éditeurs, participation à plusieurs salons du livre (Le Touquet, Bondues, Lens et Paris).

Lundi 22 février, le livre sort tout juste de chez l'imprimeur…

Lundi 22 février, le livre sort tout juste de chez l'imprimeur…