Le service commun de la documentation (SCD) vient d’ouvrir un nouvel espace consacré à la recherche. Interview de la directrice du SCD, Isabelle Westeel.

Pourquoi avoir mis en place un espace recherche ?

Isabelle Westeel

Isabelle Westeel

Parce que les pratiques des chercheur-e-s évoluent, et que l’une des missions d’un service comme le nôtre est de nous y adapter. Aujourd’hui, la documentation électronique a pris beaucoup plus de place dans les pratiques des chercheur-e-s. Ils ont tendance à moins fréquenter les bibliothèques universitaires, même s’ils viennent toujours voir les nouveautés, et même s’ils continuent d’emprunter abondamment des ouvrages. Par des enquêtes auprès d’elles-eux, nous savons qu’ils expriment de plus en plus le besoin de disposer de différents espaces pour se rencontrer, pour travailler, et pour discuter. L’ouverture de cet espace est le fruit d’une politique menée notamment depuis 2012, avec la création au sein du SCD d’une cellule de soutien à la recherche.

À cela s’ajoute pour nous une autre problématique : l’ancienneté de notre bibliothèque, plus de quarante ans, fait qu’elle n’était pas forcément très accueillante pour ses usagers. C’est ce qui a nous a conduit à y mettre en place un espace vie étudiante il y a un peu plus d’un an. Il est aujourd’hui très fréquenté, et témoigne d’un élargissement des usages traditionnels d’une bibliothèque. Dans cet espace au mobilier confortable, les étudiants se rencontrent, se détendent, travaillent ou assistent à divers événements (midis littéraires, etc.) Cette expérience nous a guidé pour aménager l’espace recherche.

Des fauteuils et des tables basses pour se rencontrer et discuter.

Des fauteuils et des tables basses pour se rencontrer et discuter.

Comment avez-vous conçu cet espace ?

L’inspiration, ce sont les research commons, ces lieux dédiés à la recherche dans les universités américaines et notamment leurs bibliothèques. S’il faut les résumer, ce serait : du confort, des livres… et du café ! Il y aura tout cela dans l’espace recherche (une machine à café est prévue). D’ores et déjà, nous y avons installé des bureaux, des tables basses, des fauteuils confortables, deux canapés et même quelques poufs. Du mobilier souvent à roulettes pour permettre de moduler l’espace en fonction de l’utilisation. Le wifi sera bien entendu disponible, et nous avons fait en sorte de rajouter des prises (même si les contraintes techniques du bâtiment nous empêchent de les multiplier) Un présentoir permettra de présenter les dernières nouveautés (empruntables). C’est un lieu qui favorisera j’espère les échanges entre chercheurs de différentes disciplines, en particulier autour des humanités numériques.

Des tables et chaises montées sur roulettes, pour moduler l'espace en fonction de l'utilisation.

Des tables et chaises montées sur roulettes, pour moduler l’espace en fonction de l’utilisation.

Comment se présente l’espace ?

C’est une salle vaste et lumineuse, d’environ 300 mètres-carrés. Tout cela est important, car l’espace dans notre université est compté et les chercheurs ne disposent parfois que de bureaux relativement exigus. Il est situé à l’un des coins du rez-de-chaussée de la bibliothèque centrale, visible de l’extérieur et facilement accessible. Il sera ouvert de 11h à 17h hors pauses pédagogiques, aux étudiant-e-s en master engagés dans des travaux de recherche, aux doctorant-e-s, aux chercheur-e-s et aux enseignant-e-s-chercheur-e-s. La capacité est d’environ 50 à 60 places − elle varie en fonction de la configuration de la salle. Cet espace pourra accueillir certains workshops ou séminaires, même s’il n’a pas vocation à se substituer aux salles utilisées habituellement.

L'espace recherche donne sur le forum.

L’espace recherche donne sur le forum.

Localisation

Quels services prévoyez-vous de mettre en place ?

L’accueil va être assuré par des doctorants et des étudiants en master. Ils pourront fournir des informations sur divers sujets, comme l’accès aux ressources électroniques. Ils seront là aussi pour recueillir les attentes des chercheurs vis-à-vis de l’espace et des services proposés. Cet espace est le leur, et il est naturel qu’ils le conçoivent avec nous. Nous allons tester des idées, pour évaluer ce qui fonctionne ou pas. Cette démarche d’expérimentation va nourrir notre réflexion pour le futur Learning center de l’université, qui sera achevé en 2020.

L'espace présentera également les nouveautés.

L’espace présentera également les nouveautés.

D’ores et déjà, nous envisageons aussi d’organiser des permanences, où les chercheur-e-s pourraient rencontrer les bibliothècaires chargé-e-s des acquisitions d’ouvrages dans les différentes disciplines de l’université (et discuter de l’opportunité d’acheter telle ou telle référence.) Ils pourront s’informer sur les possibilités d’archives ouvertes, sur le dépôt d’articles dans le portail national, Hal, etc. (comme nous l’avions fait en septembre).

L’espace recherche est ouvert et disponible pour y travailler. Il sera définitivement prêt à la rentrée des vacances scolaires, le 22 février. Pour plus de renseignements, contactez Anne Morenvillé.

Chaque jeudi du mois de mars, un café-doc se déroulera dans l’Espace recherche. Ouverts aux étudiants en master, doctorat et aux enseignants-chercheurs, il permettra d’échanger avec un bibliothécaire sur les outils pour la recherche, les ressources électroniques ou l’utilisation de Hal. Voir le programme.

Des sièges munis d'une tablette pour écrire ou pianoter. Le plateau percé de trous en dessous permet de déposer son sac.

Des sièges munis d’une tablette pour écrire ou pianoter. Le plateau percé de trous en dessous permet de déposer son sac.

Quelques poufs « fatboy »

Quelques poufs.

Le grand rhinocéros de Dürer, issu de la dernière exposition sur la Renaissance, a trouvé sa place dans la salle.

Le grand rhinocéros de Dürer, issu de la dernière exposition sur la Renaissance, a trouvé sa place dans la salle.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn7