Six cents pages, vingt-deux articles et cent illustrations. Cynthia J. Brown, de l’université de Californie à Santa Barbara, et Anne-Marie Legaré, de celle de Lille (sciences humaines et sociales) viennent de publier un ouvrage collectif intitulé « Les femmes, la culture et les arts en Europe entre Moyen Âge et Renaissance ».

De très nombreux-ses chercheur-se-s, venus de disciplines différentes, y examinent le mécénat artistique et littéraire qui est conduit par les femmes − notamment les souveraines, aristocrates, religieuses, etc. − à cette époque. Elles/ils éclairent l’implication spécifique des femmes dans la transmission de la connaissance, à travers les ouvrages qu’elles commandent, lèguent, achètent ou donnent, et tentent de caractériser à travers des exemples variés les contours d’une « féminisation culturelle » à l’œuvre à cette période.

Les deux enseignantes-chercheuses abordent le sujet avec des perspectives complémentaires, celle de l’histoire de l’art pour Anne-Marie Legaré, et celle de la littérature pour Cynthia Brown. Les étudiant-e-s de chacune d’elles ont eu l’occasion de séjourner dans l’université de l’autre, réalisant recherches, séminaires, renforçant leur expérience de la recherche par une confrontation avec la communauté internationale de leur discipline. Ce partenariat a été financé par le Partner University Fund (PUF), le French American Cooperative Exchange (FACE) et par les deux universités. Le programme a été monté et géré à Lille par la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS). Il va se poursuivre avec d’autres projets.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on LinkedIn0